Skip to main content

Brussels, BE

Privacy and IndieWeb advocate. Launched HWC Brussels in 2017.

FR - EN - NL

IT - Python development - Internet Technologies
Media - Politics - Social Sciences
Science - History - Psychology
And lots of other random stuff.

Internet related:
Self-hosting - Privacy - Surveillance Capitalisme - Decentralization - Open Knowledge

nicolas[at]ncollig.net

Or check-out the links here under.


twitter.com/ncollig_net

www.linkedin.com/in/nicolas-collignon

nicolas@ncollig.net

hwc.brussels/

github.com/NCols

www.loomio.org/u/nicolascollignon

keybase.io/ncollig

Nicolas Collignon

Nicolas Collignon

How Bulk Interception Works – Privacy International

[In 2016], Privacy International, together with nine other international human rights NGOs, filed submissions with the European Court of Human Rights. Our case challenges the UK government’s bulk interception of internet traffic transiting fiber optic cables landing in the UK and its access to information similarly intercepted in bulk by the US government, which were revealed by the Snowden disclosures. To accompany our filing, we have produced two infographics to illustrate the complex process of “bulk interception.”

Read the article + complete infographics by clicking on the title.

Nicolas Collignon

A New Era of Mass Surveillance is Emerging Across Europe | Just Security

The same political leaders and legislators that once rebuked the NSA on the ethics of its mass surveillance practices, seem to now be taking a page out of the NSA’s playbook. This post surveys these three national legal frameworks, highlighting their troubling similarities, with the aim of showing how legislators from these countries are treading a dangerous line of surveillance expansion and overreach, paving the way for more European countries to follow in their footsteps. Indeed, European countries are increasingly chiming in to an ever-growing chorus of supporters for wholesale global surveillance in the name of perceived security. This rhetoric finds especially fertile ground in modern-day Europe, which has been engulfed by populist messaging surrounding the refugee crisis, immigration and heightened security threats. However, rushed and vague mass surveillance laws, while they might increase public approval ratings in the short term, are not a true panacea to the fundamental flaws in European intelligence cooperation that were exposed by the recent attacks.

Read more by clicking on the title

Nicolas Collignon

Al Jazeera Investigations - Spy Merchants

In "Spy Merchants", a new investigation by Al Jazeera, our undercover reporter worked for four months posing as a buyer for clients from countries including Iran and South Sudan - subjects of international sanctions - purchasing the kinds of surveillance systems that ensnared critics.

The investigation exposes illegal trade dealings that could put millions of citizens at risk of privacy violation today, as well as putting dissidents in vulnerable positions.

Nicolas Collignon

Cybersecurity should protect us – not control us | openDemocracy

What do the election in Mexico, a hospital in California, baby monitors around the world and tinned fruit in Thailand have in common? They were all were involved in the great ‘cybersecurity’ failures of 2016. They also highlight the spectrum of cybersecurity issues that potentially impact us all: Governments, public services, companies, you and I. 

The dizzying scale, technical complexity and downright panic accompanying ‘cyberattacks’ and data breaches often overshadow the fact that human rights are at the heart of cybersecurity, and that attacks mostly impact individuals. The personal information of over 93 million voters in Mexico, including home addresses, were openly published on the internet after being taken from a poorly secured government database. Up to 100,000 people are reportedly kidnapped in Mexico each year. A hospital in California had to cancel surgeries and move patients after attackers took down their network with ransomware. Internet connected devices such as baby monitors were reportedly co-opted by malware and utilised as part of a DDOS attack, which brought down popular websites including Twitter and The New York Times.

[...]

British NGO Privacy International recently published a series of State of Privacy reports, which aim to summarise privacy and surveillance laws and practices in a variety of countries. [...]

The result is that, in some parts of the world, the cybersecurity debate can undermine human rights and the international obligation on governments to protect them. Too quickly the debate turns to increasing state surveillance capacity, closing down transparency, criminalising legitimate behaviour and speech and undermining encryption rather than promoting it. For example, using encrypted messaging services is illegal in Pakistan, and using them in Morocco will land you in prison and a $10,000 fine. What constitutes certain crimes is unclear in the cybercrime laws of Jordan, Kenya and Tunisia. The Computer Misuse Act in Uganda has been used to criminally charge a journalist. These examples demonstrate the range of issues that appear in cybercrime laws presented as cybersecurity.

Read more on openDemocracy

 

Nicolas Collignon

Facial recognition database used by FBI is out of control

Approximately half of adult Americans’ photographs are stored in facial recognition databases that can be accessed by the FBI, without their knowledge or consent, in the hunt for suspected criminals. About 80% of photos in the FBI’s network are non-criminal entries, including pictures from driver’s licenses and passports. The algorithms used to identify matches are inaccurate about 15% of the time, and are more likely to misidentify black people than white people.

[...]

“[Facial recognition] can also be used by bad actors to harass or stalk individuals. It can be used in a way that chills free speech and free association by targeting people attending certain political meetings, protests, churches, or other types of places in the public.”

[...]

Inaccurate matching disproportionately affects people of color, according to studies. Not only are algorithms less accurate at identifying black faces, but African Americans are disproportionately subjected to police facial recognition.

“If you are black, you are more likely to be subjected to this technology, and the technology is more likely to be wrong,” said Elijah Cummings, a congressman for Maryland, who called for the FBI to test its technology for racial bias – something the FBI claims is unnecessary because the system is “race-blind”.

[...]

Even the companies that develop facial recognition technology believe it needs to be more tightly controlled. Brian Brackeen, CEO of Kairos, told the Guardian he was “not comfortable” with the lack of regulation. Kairos helps movie studios and ad agencies study the emotional response to their content and provides facial recognition in theme parks to allow people to find and buy photos of themselves.

Brackeen said that the algorithms used in the commercial space are “five years ahead” of what the FBI is doing, and are much more accurate.

“There has got to be privacy protections for the individual,” he said.

Read more on The Guardian

 

Nicolas Collignon

How Peter Thiel’s Palantir Helped the NSA Spy on the Whole World

Donald Trump has inherited the most powerful machine for spying ever devised. How this petty, vengeful man might wield and expand the sprawling American spy apparatus, already vulnerable to abuse, is disturbing enough on its own. But the outlook is even worse considering Trump’s vast preference for private sector expertise and new strategic friendship with Silicon Valley billionaire investor Peter Thiel, whose controversial (and opaque) company Palantir has long sought to sell governments an unmatched power to sift and exploit information of any kind. Thiel represents a perfect nexus of government clout with the kind of corporate swagger Trump loves. The Intercept can now reveal that Palantir has worked for years to boost the global dragnet of the NSA and its international partners, and was in fact co-created with American spies.

Read more by clicking on the title

Nicolas Collignon

Dutch House of Representatives passes dragnet surveillance bill - EDRi

Political expediency, rather than sound legislation that would actually protect citizens, seems to have prevailed.

[...]

So what are the bill’s biggest flaws? 
Most importantly, the controversial new law will allow intelligence services to systematically conduct mass surveillance of the internet. The current legal framework allows security agencies to collect data in a targeted fashion. The new law will significantly broaden the agencies’ powers to include bulk data collection. This development clears the way for the interception of the communication of innocent citizens.

This law seriously undermines a core value of our free society, namely that citizens who are not suspected of wrongdoing, ought not to be monitored. Whether it concerns a WhatsApp-message or Skype-call, anything you do online might very well end up in the dragnet cast by the security agencies, provided that your communication falls within the scope of a vaguely defined “research assignment”.

Nicolas Collignon

#Privacy101: Qu'est-ce que la surveillance de masse?

12 min read

Cette publication est une traduction d'un article publié en anglais par l'association Privacy International.

 

Qu'est-ce que la surveillance de masse?

La surveillance de masse est l'assujettissement d'une population ou d'une composante importante d'un groupe à une surveillance indiscriminée, aveugle. Cela implique une interférence systématique avec le droit à la vie privée des gens. Tout dispositif qui génère et collecte des données sur des individus sans tenter de limiter le set de données à certaines cibles bien définies est une forme de surveillance de masse.

Avec les méthodes de surveillance de masse que l'on peut appliquer aujourd'hui, les gouvernements peuvent saisir pratiquement tous les aspects de notre vie. De nos jours, il s'agit de plus en plus de générer, collecter et traiter de l'information à propos d'un grand nombre de personnes, souvent sans se demander s'ils sont soupçonnés d'actes répréhensibles ou pas. A cette échelle, la surveillance moderne déplace la charge de la preuve vers l'individu, a priori innocent, au lieu de l'accusateur, conduit à une augmentation incontrôlée du pouvoir des gouvernements, et a pour effet de geler l'action individuelle.

La surveillance de masse est-elle un phénomène récent?

Alors que la surveillance de masse de populations est aujourd'hui clairement en hausse, essentiellement grâce à des évolutions technologiques rapides autour du globe, elle a toujours eu cours à travers l'histoire.

Une des plus anciennes formes de surveillance de masse sont les bases de données nationales. Ces vieilles techniques de surveillance administrative incluent les recensements des sujets d'un royaume, la documentation de l'identité des individus et les tatouages pour les marquer, ainsi que le comptage et la catégorisation des humains.

La nature consultable, recherchable des bases de données fait de tout jeu de données un outil d'investigation potentiel et augmente les possibilités d'abus dans les recherches. C'est la raison pour laquelle les bases de données nationales sont supposées être régulées soigneusement par la loi dans les sociétés démocratiques. Les bases de données des recensements recueillent des informations détaillées sur les individus au sein d'un pays, mais ne doivent pas être utilisées pour identifier des individus ou des populations spécifiques. Les systèmes d'identification devraient être limités à des utilisations très spécifiques et ne pas permettre la discrimination ou l'utilisation abusive de pouvoirs d'interception et d'identification. L'usage croissant de la biométrie et la capacité d'interroger des bases de données d'identités pour des correspondances exactes ou approximatives permet d'engager des expéditions de recherche vagues qui augmentent les risques d'abus et l'utilisation détournée de ces systèmes à d'autres fins que celles pour lesquelles ils ont été conçus.

La surveillance de masse des espaces publics est devenue pratique courante avec le déploiement des caméras de surveillance (CCTV). Les systèmes plus anciens collectaient de vagues images offrant des performances limitées dans l'association des images enregistrées à des informations personnelles. Mais il est aujourd'hui possible de traquer les mouvements des gens et de les stocker pour une analyse ultérieure. L'identification automatique et en temps réel d'un grand nombre de personnes est désormais monnaie courante, posant un risque toujours croissant d'abus en tous genres.

Quelles sont les formes les plus récentes de surveillance de masse?

Tandis que les bases de données et les caméras de surveillance existent toujours et sont utilisées, les discussions plus récentes à propos de la surveillance de masse se concentrent sur le contrôle des communications, en ce compris ce que nous faisons sur nos téléphones et nos ordinateurs.

Quand il s'agit d'espionner nos téléphones, les gouvernements peuvent aujourd'hui accéder aux données de tout le monde dans un rayon donné autour d'une tour relais (les tour qui portent les antennes GSM) à travers l'accès en vrac aux données détenues par les compagnies de téléphonie mobile. Nous remarquons également une augmentation de l'utilisation d'outils de surveillance mobile qui permettent aux autorités de monitorer toutes les communications et d'identifier les appareils dans un périmètre donné, par exemple lors d'une manifestation, en installant de faux relais de téléphonie mobile.

Initiées comme des mécanismes d'administration et de contrôle de grandes populations, puis dérivant vers une captation des actions "publiques", les techniques de surveillance de masse ne sont plus limitées aux actions publiques. Par exemple, beaucoup de gouvernements ont voté des lois obligeant les fournisseurs de services de télécommunications à enregistrer et conserver toutes les opérations de communication de manière à permettre aux autorités d'y accéder sur demande. Cependant, de nombreux tribunaux ont qualifié ce type de politique de surveillance d'atteinte au droit à la vie privée.

Les technologies de surveillance de masse sont de plus en plus répandues, et à mesure que les limitations en termes de ressources disponibles disparaissent, les possibilités offertes aux gouvernements deviennent illimitées. Il est aujourd'hui possible de monitorer et conserver le contenu des communications d'un pays entier et d'accéder directement aux communications et aux méta-données des compagnies de câbles sous-marins, des compagnies téléphoniques et des fournisseurs d'accès à internet.

Il n'y a pratiquement aucune limite à ce que les gouvernements peuvent faire avec ces accès et le pouvoir issu de la surveillance non contrôlée. Par exemple, en réalisant des interceptions sur les câbles de fibre optique, les États peuvent collecter et lire tout le contenu de toutes les communications non chiffrées qui transitent par ces câbles - y compris les appels téléphoniques, appels en voix sur IP, messages, emails, photos, activités sur les réseaux sociaux, etc. Ils peuvent appliquer une vaste éventail de techniques d'analyse et de filtres sur ces informations, allant de la reconnaissance vocale, textuelle et faciale, à la cartographie de réseaux et de relations, ainsi qu'à l'analyse comportementale et la détection d'émotions.

La surveillance de masse sera appliquée au-delà de la surveillance des communications. Tandis que nous entrés dans l'ère des appareils et des villes connectés, de plus en plus de nos activités vont être collectées et analysées. Les compteurs intelligents rapportent sur notre usage énergétique, pendant que les villes intelligentes traquent les individus et les véhicules à l'aide de caméras et de capteurs. Les lois doivent suivre le rythme de ces innovations dont le but est de tous nous monitorer et nous profiler. Comme le notait en 2014 le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, "Les plates-formes technologiques sur lesquelles la vie politique, économique et sociale mondiale dépendent de plus en plus ne sont pas seulement vulnérables à la surveillance de masse, elles peuvent en fait la faciliter".

Quel est le cadre légal entourant la surveillance de masse?

La surveillance de masse est une mesure aveugle, indiscriminée. Les lois sur les droits de l'homme exigent, dans une société démocratique, que toute atteinte à la vie privée soit légitime, nécessaire et proportionnée. Même là où un objectif légitime peut parfois être démontré, la surveillance de masse a peu de chances de passer les tests de proportionalité et de nécessité.

Un point essentiel est que les gouvernements sont souvent réticents à introduire les garanties nécessaires afin de réduire au minimum l'information collectée -- les programmes d'identification collectent de plus en plus d'informations et sont nécessaire pour un nombre croissant de transactions; les lois sur les bases de données ADN résistent à la suppression d'informations non essentielles, dont les échantillons et les profiles de personnes innocentes; et les programmes de surveillance des communications s'efforcent de plus en plus de "tout ramasser".

En essayant de juger si la surveillance de masse est légale, les tribunaux ont pris en compte la portée de la surveillance, les gardes-fous en place, le type de surveillance et la sévérité du besoin social pressant. Ils en ont conclu que la collecte et la rétention d'informations sur les personnes est un acte de surveillance qui doit être contrôlé. La simple capacité à mettre en place une surveillance qui examine, utilise et stocke des informations constitue en soi une atteinte à la vie privée. La collecte systématique, le traitement et la rétention d'une base de données d'informations personnelles, même de type relativement routinières, implique une atteinte significative au droit à la vie privée, et nécessite de plus en plus une protection contre les fouilles déraisonnables.

Quel est le problème avec le fait de "tout collecter"?

Les gouvernements ont eu vite fait de tenter de dépeindre le discours autour de la surveillance de masse en reformulant leurs actions comme étant de la "collecte en bloc" de communications (mise en avant de la collecte, plutôt que du traitement), prétendant qu'une telle collecte est en soi une mesure bénigne qui ne porte pas atteinte à la vie privée.

Mais ce que les gouvernements laissent généralement de côté, c'est que la collecte de ces informations est précisément ce qui constitue l'atteinte à notre vie privée. Les programmes de surveillance de masse sont basés sur un objectif fondamental: collecter absolument toutes les données. Les explorer, les exploiter, les extrapoler; rechercher des corrélations et des tendances,des pensées ou des mots suspects, des relations ou des liens ténus.

En partant d'une position ou tout le monde est suspect, la surveillance de masse encourage l'établissement de corrélations erronées et de suppositions injustes. Cela permet de mettre en lien des individus sur base d'informations qui peuvent n'être que pure coïncidence - un trajet de métro commun, un site web visité en même temps, des téléphones connectés à la même tour relais - et de tirer des conclusions erronées sur la nature de ces liens.

Les autorités ont désormais accès aux informations concernant l'entièreté de la vie d'un individu: tout ce que vous faites, dites, pensez, envoyez, achetez, imbibez, enregistrez et recevez, partout où vous allez et avec qui, de l'instant où vous vous réveillez le matin au moment où vous allez dormir. Même le cadre légal le plus contraignant pour régir de la surveillance de masse, avec le plus stricte contrôle indépendant laisserait de la place aux abus de pouvoir et à l'utilisation abusive des informations, aux attitudes discriminatoires et aux préjugés structurels, ainsi qu'à la malice et la faillibilité humaine.

La menace d'être la cible de tels abus, discriminations ou erreurs entraîne des changements dans le comportement humain et, par conséquent, modifie notre manière d'agir, de parler et de communiquer. C'est "l'effet paralysant" de la surveillance: le spectre de la surveillance à la don de limiter, inhiber ou dissuader quelqu'un d'exercer légitimement ses droits.

Ces impacts n'incluent pas seulement la violation des droits à la vie privée, mais s'étendent à la capacité de la société à se forger librement des idées et des opinions et à les exprimer, à s'associer et à s'organiser, à marquer son désaccord avec les idéologies politiques dominantes et à demander le changement du statu quo.

Comme l'a conclu le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d'expression dans son rapport de 2013, les États ne peuvent pas garantir aux individus de pouvoir librement chercher et recevoir des informations ou s'exprimer sans respecter, protéger et promouvoir leur droit à la vie privée. Nous croyons qu'en fin de compte la surveillance de masse imposera le conformisme, limitera l'innovation, entravera la créativité et diminuera l'imagination.

Nicolas Collignon

Chiffrement, sécurité et libertés, positionnement de l’Observatoire des libertés et du Numérique

5 min read

A lire sur La Quadrature du Net

Paris, 24 janvier 2017 — Depuis quelques temps, certaines volontés politiques s'affichent afin de remettre en cause les protections techniques et juridiques garanties par les méthodes de chiffrement. Pour s'opposer à ces propositions dangereuses, l'Observatoire des Libertés et du Numérique publie son positionnement concernant la défense du droit au chiffrement, outil indispensable à la protection des libertés à l'ère numérique.

 

Communiqué de presse de l’Observatoire des libertés et du numérique (OLN)

 

Le positionnement complet est disponible ici (PDF)

 

Résumé du positionnement

 

Les capacités (techniques et légales) de surveillance des États à l’ère numérique sont aujourd’hui telles que le droit fondamental à la vie privée, garant de la liberté d’expression, d’opinion, d’information, dans une société démocratique, a été profondément remis en cause ces dernières années, en France et dans le monde.

 

Dans ces conditions, la capacité de chiffrer ses communications numériques et ses données informatiques est une condition indispensable à la préservation des droits et libertés fondamentales, et l’un des derniers remparts, individuels et collectifs, aux intrusions arbitraires et illégales de nombreux acteurs, étatiques, privés, ou criminels.

 

Le chiffrement va bien au-delà d’une question de droits de l'Homme : alors que le numérique a investi l’ensemble des champs d’activité humains, l’affaiblir, quelle que soit la technique utilisée, reviendrait à fragiliser considérablement l’économie, mais aussi la sécurité collective.

 

Répétons-le, il n’existe pas de technique d’affaiblissement systémique du chiffrement qui ne permettrait de viser que les activités criminelles : l’ensemble des citoyens seraient alors aussi potentiellement visés. Il n’existe pas non plus de technique d’affaiblissement du chiffrement qui ne profiterait qu’à des acteurs « bien intentionnés ». Si une faille est créée pour un État (police, justice, service de renseignements…), elle sera alors disponible pour tous les autres acteurs (Autres États, organisations criminelles, hackers…) moins bien intentionnés.

 

Le chiffrement est-il utilisé par des personnes se livrant à des activités criminelles ? Oui, puisque par nature celles-ci tentent de dissimuler leurs actes. Mais il est surtout utilisé chaque jour par chaque citoyen, dans chacune ou presque de ses activités numériques. Des criminels peuvent fomenter leurs activités dans une voiture fermée. Il ne viendrait à personne l’idée de supprimer les voitures, ou de les doter systématiquement d’un système d’écoutes intégré directement accessible aux services de l’État.

 

Pourtant, c’est cette logique que défendent les partisans d’une criminalisation ou d’un affaiblissement du chiffrement. De la même manière qu’il existe des possibilités techniques de mettre sur écoute un espace (comme une voiture) où se dérouleraient des activités criminelles, qui doivent être encadrées par le droit, il existe un large éventail de possibilités légales et de techniques d’enquête permettant aux services de l’État de collecter des éléments de preuve à l’encontre d’organisations suspectées d’activités criminelles. Cet arsenal légal, comme les outils d'interception et de décryptage, a été largement renforcé ces dernières années.

 

Le bénéfice d’un affaiblissement supplémentaire du chiffrement dans la lutte contre la criminalité semble très faible, pour ne pas dire incertain. Ce qui est certain par contre, c'est que les conséquences seraient dévastatrices pour les droits et libertés de chacun, l’économie et la sécurité du pays, et pour la vie en société de manière générale.

 

Propositions de l’Observatoire des libertés et du numérique

Lisez les propositions de l'Observatoire sur La Quadrature du Net.

 

Nicolas Collignon

#Privacy101: Qu'est-ce que la vie privée?

9 min read

Cette publication est une traduction d'un article publié en anglais par l'association Privacy International.

 

Qu'est-ce que la vie privée?

La vie privée est un droit fondamental, essentiel à l'autonomie et à la protection de la dignité humaine, servant de base à l'établissement de beaucoup d'autres droits humains.

La vie privée nous permet de créer des barrières et d'établir des limites pour nous protéger d'ingérences non désirées dans nos vies, ce qui nous permet de déterminer qui nous sommes et comment nous souhaitons interagir avec le monde autour de nous. La vie privée nous aide à limiter et contrôler qui a accès à notre corps, nos lieux et nos choses, ainsi qu'à nos communications et nos informations.

Les règles qui protègent notre vie privée nous donnent la capacité de faire valoir nos droits face à d'importants déséquilibres de pouvoir.

Au final, la vie privée est une manière essentielle que nous avons de chercher à nous protéger nous-même, et la société, contre l'utilisation arbitraire et injustifiée du pouvoir, en limitant ce que l'on peut savoir à propos de nous et ce qu'on peut nous faire, tout en nous protégant de ceux qui souhaiteraient exercer un contrôle.

La vie privée est essentielle à notre nature d'êtres humains, et nous prenons chaque jour des décisions à son égard. Elle nous donne un espace où être nous-même, sans jugement, nous permet de penser librement, sans discrimination, et joue un rôle important dans le contrôle que nous avons à propos de qui sait quoi sur nous.

Pourquoi est-ce important?

Dans la société contemporaine, la réflexion sur la vie privée est un débat à propos des libertés contemporaines.

Alors que nous envisageons comment établir et protéger la frontière autour de l'individu, ainsi que la capacité de l'individu d'avoir son mot à dire dans ce qui lui arrive, nous essayons simultanément de décider:

  •     l'éthique de la vie moderne;
  •     les règles régissant les pratiques commerciales; et
  •     les restrictions que nous érigeons face à la puissance de l'Etat.

La technologie a toujours été intimement liée à ce droit. Par exemple, nos capacités à protéger notre vie privée sont plus importantes aujourd'hui que jamais, mais les capacités de surveillance qui existent de nos jours sont sans précédent.

Il nous est aujourd'hui possible d'identifier des individus parmi une masse de sets et de flux de données, ainsi que de prendre des décisions à propos des gens basées sur de larges volumes de données. Il est possible pour des entreprises et des gouvernements de monitorer chaque conversation que nous avons, chaque transaction commerciale que nous effectuons et chaque lieu que nous visitons. Ces capacités peuvent avoir des effets négatifs sur les individus, les goupes et même sur la société en gelant l'action, en excluant et en discriminant. Elles affectent également la manière dont nous pensons les relations entre l'individu, les marchés, la société et l'Etat. Si nous en arrivons à une situation où les institutions sur lesquelles nous comptons nous connaissent si intimement qu'elles peuvent scruter nos historiques, observer chacuns de nos actes et prédires nos actions futures, un déséquiblibre de pouvoirs encore plus important émergera, où l'autonomie individuelle face aux entreprises et aux gouvernements disparaîtra effectivement, et tout comportement jugé aberrant sera identifié, exclu, voire réprimé.

Un des principaux soucis avec la vie privée, c'est qu'il s'agit d'un droit qui peut être enlevé à l'individu sans même qu'il ne s'en rende compte. Avec d'autres droits, vous avez conscience de l'interférence -- être détenu, censuré ou restreint. Avec d'autres droits, vous avez conscience du transgresseur -- le responsable de la détention, le censeur, ou la police.

De plus en plus, nous ne sommes pas informés sur la surveillance à laquelle nous sommes soumis, et ne sommes pas dotés des capacités requises ni donnés la possibilité de remettre en question ces activités.

La surveillance secrète, effectuée avec parcimonie dans le passé à cause de son côté invasif, de son manque de responsabilité, et plus particulièrement de son risque pour la vie démocratique, est rapidement en train de devenir le mode par défaut.

L'association "Privacy International" (ndlr: à l'origine de la version originale de cet article) envisage un monde dans lequel la vie privée est protégée et respectée. Les institutions soumettent la population à une surveillance de plus en plus poussée, et nous empêchent d'être impliqués dans les décisions à propos de comment elles interfèrent avec nos vies, comme les informations à notre sujet son traitées, nos corps scrutés, nos possessions fouillées.  Nous pensons que pour permettre aux individus de participer au développement du monde moderne, les avancées légales et technologiques doivent renforcer et non diminuer l'abilité de jouir pleinement de ce droit.

La vie privée est-elle un droit?

La vie privée est un droit humain fondamental. Le droit à la vie privée est énoncé dans tous les grands instruments internationaux et régionaux relatifs aux droits de l'homme, notamment:

  • la Déclaration des droits de l'homme des Nations Unies 1948, Article 12: "Nul ne sera soumis à des atteintes arbitraires à sa vie privée, à sa famille, à son domicile ou à sa correspondance, ni à des atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles ingérences ou attaques."
  • le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) 1966, article 17: "1.  "Nul ne sera soumis à des atteintes arbitraires ou illégales à sa vie privée, à sa famille, à son domicile ou à sa correspondance, ni à des atteintes à son honneur et à sa réputation. 2. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles ingérences ou attaques."

Le droit à la vie privée est également inclus dans:

  •     L'article 14 de la Convention des Nations Unies sur les travailleurs immigrés;
  •     L'article 16 de la Convention des Nations Unies sur les droits de l'enfant;
  •     L'article 10 de la Charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant;
  •     L'article 4 des Principes de l'Union africaine sur la liberté d'expression (le droit à l'accès à l'information);
  •     L'article 11 de la Convention américaine des droits humains;
  •     L'article 5 de la Déclaration américaine des droits et devoir de l'homme,
  •     Les articles 16 et 21 de la Charte arabe des droits de l'homme;
  •     L'article 21 de la Déclaration des droits de l'homme de l'ANASE; et
  •     L'article 8 Convention européenne des droits de l'homme.

Plus de 130 pays dans le monde intègrent des déclarations consitutionnelles concernant la protection de la vie privée, dans toutes les régions du monde.

Un élément important du droit à la vie privée est le droit à la protection des données personnelles. Bien que le droit à la protection des données puisse être déduit du droit plus général à la vie privée, certains instruments internationaux et régionaux stipulent également un droit plus spécifique à la protection des données personnes, notamment:

  •     les Lignes directrices de l'OCDE sur la protection de la vie privée et les flux transfrontières de données à caractère personnel,
  •     la Convention 108 du Conseil de l'Europe pour la protection des personnes à l'égard du traitement automatisé des données à caractère personnel,
  •     un certain nombre de directives de l'Union européenne, et la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne,
  •     le Cadre de protection de la vie privée de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) 2004, et
  •     la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest dispose d'une loi complémentaire sur la protection des données depuis 2010.

Plus de 100 pays ont actuellement une forme de léglislation sur la protection de la vie privée et des données personnelles.

Cependant, il est bien trop fréquent que la surveillance soit implémentée sans égrad à ces protections. C'est une des raisons pour lesquelles Privacy International existe -- afin de s'assurer que les institutions puissantes telles que les gouvernements et les corporations n'abusent pas des lois pour envahir votre vie privée.

Nicolas Collignon

#Privacy101

1 min read

Sous la catégorie , je vais publier ici une série d'articles explicatifs sur les fondamentaux de la vie privée.

Ces articles sont des traductions en français d'excellentes publications réalisées par l'association Privacy International sur son propre site internet (https://www.privacyinternational.org).

Les questions abordées seront:

  • Qu'est-ce que la vie privée?
  • Qu'est-ce que la surveillance de masse?
  • Qu'est-ce que la surveillance des communications?
  • Que sont les métadonnées?
  • Que sont les contrôles à l'exportation?
  • Qu'est-ce que le Big Data?

Si le sujet vous intéresse, revenez jeter un oeil ici de temps en temps et faites une recherche sur le terme "#Privacy101" ou suivez moi sur Twitter @ncollig_net.

Stay tuned!

Nicolas Collignon

Giving encryption keys and back-door access to government is paving way to an authoritarian regime

The government remains vague as to why it really needs access to encryption keys or backdoors. The general narrative is likely along the lines of the need for real time surveillance for preventing terrorism and cyber crime, and enhancing our national security.

But, whats really at stake here? Enhancing policing tactics in exchange for what?

Nicolas Collignon

Nicolas Collignon